UN ARROSAGE ANTI-GASPI

L'été, l’eau est indispensable pour beaucoup de plantes du jardin.

Quand la saison est très sèche, les arroser sans gaspillage devient un véritable challenge.

Suivez nos conseils en la matière.

LES TROIS PRINCIPES

Le b-a-ba de l’arrosage tient en trois principes :

1/ Arroser au bon moment.

2/ Doser la quantité et la fréquence selon le type de sol.

3/ Respecter les besoins des plantes.

Il faut donc d’une part adapter l’arrosage aux besoins des plantes tout en tenant compte de la pluviométrie et du cycle horaire, et d’autre part connaître le sol de son jardin.

Les différents systèmes d’arrosage permettent de trouver la meilleure façon d’apporter de l’eau aux plantes selon ces critères.

Bien sûr, l’arrosage manuel reste le plus simple. Mais installer des tuyaux perforés, des asperseurs ou un goutte-àgoutte allège considérablement le travail !

N’oubliez pas non plus de pailler le sol, pour arroser moins.

ARROSER AU BON MOMENT

On ne le répète jamais assez, l’arrosage en milieu de journée en été est inutile, voire dangereux pour la santé des plantes et de la pelouse.

L’eau s’évapore de suite et la quantité arrivant jusqu’aux racines des végétaux est très faible.

Les meilleurs moments pour arroser sont donc le matin très tôt, le soir très tard ou la nuit.

L’arrosage par déclenchement automatique est la solution à adopter pour ne pas avoir à le gérer à ces moments-là.

Goutte-à-goutte, tuyaux perforés et microporeux peuvent se relier à un programmateur

2/ DOSER LA QUANTITÉ ET LA FRÉQUENCE

Selon la structure du sol, l’arrosage sera copieux et peu fréquent, ou alors plus fréquent mais parcimonieux.

Il est aussi possible d’habituer les plantes à résister à la sécheresse en espaçant de plus en plus les arrosages qui seront alors très copieux.

En sol normal, c’est-à-dire une terre ordinaire ou une bonne terre de jardin, l’arrosage sera régulier, peu fréquent surtout si le sol est paillé, et dosé en fonction du besoin de chaque type de plante.

Les plantes de milieux frais seront par exemple davantage arrosées.

De façon générale, un arrosage copieux mais espacé dans le temps habituera les plantes à aller chercher l’eau plus en profondeur.

Pour les massifs, adoptez les tuyaux perforés qui serpentent entre les pieds de chaque plante. Ils seront cachés par les feuillages et le paillage.

Reliez l’ensemble du circuit à un programmateur automatique. Vous aurez juste changer la programmation par temps pluvieux.

Pour les haies et massifs réguliers, les tuyaux microporeux juste enfouis en surface tout le long permettent d’humidifier le sol de façon régulière.

L’eau profite ainsi à chaque arbuste, et s’infiltre également en profondeur

En sol poreux, par exemple en terre sableuse, caillouteuse ou calcaire, il faudra arroser plus souvent mais peu à la fois. Il est en effet inutile d’apporter beaucoup d’eau car elle s’infiltre très vite. Il faudra alors améliorer la texture du sol avec du compost afin d’augmenter sa capacité à retenir l’eau. L’arrosage par goutte-à-goutte relié à un programmateur évite le gaspillage car l’eau s’infiltre au plus près des racines.

En sol compact, l’arrosage sera également plus fréquent et peu copieux, et il faudra alléger la texture en ajoutant en surface du sable grossier ou de la pouzzolane broyée, puis en améliorant la composition avec un paillage organique renouvelé tous les 6 mois. Les tuyaux microporeux sont là aussi une bonne solution pour que l’eau se répartisse le plus régulièrement possible.

3/ RESPECTER LES BESOINS DES PLANTES

Les pelouses ne s’arrosent pas à la même fréquence que les massifs ou les arbustes, et surtout pas de la même façon. Certains arbustes ne supportent pas l’arrosage

répété sur leurs fleurs, d’autres développent des maladies si leur feuillage reste constamment humide, et la plupart des végétaux préfère un apport d’eau au pied, ce qui évite aussi l’eau perdue sur les feuillages et le gaspillage.

Il faut donc éviter d’arroser en même temps pelouse, massifs et haies.

Pour la pelouse, les asperseurs et arroseurs oscillants ou fixes sont parfaits.

Il faut bien les positionner pour que l’aire arrosée n’empiète pas sur les massifs et les haies, et les déplacer régulièrement.

Au potager, le goutte-à-goutte et les tuyaux perforés sont de bonnes solutions pour arroser les rangs juste ce qu’il faut.

L’arrosage est aujourd’hui associé à la récupération de l’eau de pluie pour ne pas en manquer pendant les périodes de sécheresse. De nombreux modèles de récupérateurs de différentes contenances sont proposés. Ils s’adaptent facilement sur les descentes de gouttières. Selon les besoins en arrosage, un ou plusieurs récupérateurs sont nécessaires.

Demandez nous conseil en jardinerie.

Commentaires

Laissez votre commentaire