Jeux de couleurs

Cet automne, révisez vos plans pour donner du caractère à votre espace extérieur. Un aménagement fort en couleurs réveillera vos sens ! Dans un jardin citadin, la superficie doit être divisée en plusieurs espaces auxquels seront attribués des usages différents. Facilitez-vous la tâche en optant pour des scènes dont la couleur sera très affirmée et délimitera les zones.

A L'ENTRÉE

Restez zen en aménageant les lieux afin de caser le coin des vélos et celui des poubelles qui, avec le tri sélectif, prennent de plus en plus de place sans pour autant être plus jolies ! Un muret servant de panneau de séparation a ici été construit afin d’agencer l’entrée de façon décorative, tout en masquant les zones utilitaires. Ce panneau ouvert au centre pour laisser passer la lumière, a été peint en vert pomme. Se mariant ainsi avec les graminées et l’alignement de chênes verts, il participe pleinement au décor.

Les plantes

Le chêne vert conduit sur tige peut s’utiliser pour créer un brise-vue en hauteur doublé d’un brise-vent car son feuillage persistant est très dense. De plus, il garde un tronc bien droit dont la belle écorce est attractive. Son houppier rassemblé au sommet supporte la taille si l’on souhaite lui conserver une forme compacte et arrondie. Sinon, on peut le laisser croître sans intervenir, car cette croissance est assez lente mais dans ce cas, il faut prévoir plus d’espacement entre les pieds.

Le Carex elata attire par ses touffes légères d’une belle teinte vert tendre quand elles poussent, et qui reste soit très clair soit deviennent jaunes chez la variété ‘Aurea’. Les feuilles longilignes se dressent puis retombent souplement sur une hauteur de 50 cm à 1 m. Cette graminée produit aussi des épillets bruns très fins en mai. Elle se cultive très facilement à exposition ensoleillée ou partiellement ombragée à certaines heures de la journée.

ENTRE PELOUSE ET ALLÉE

Un massif noir et pourpre contraste magnifiquement sur le vert du gazon, et repose aussi le regard. Son intérêt réside dans la transition qu’il amène entre les circulations et l’espace repos. Il perdure toute l’année, seul le sureau perd des feuilles en hiver, toutes les vivaces à son pied persistent.

Les plantes

Le sureau noir ‘Black Lace’ offre un feuillage très découpé d’une rare finesse, de coloris pourpre noir. Sa floraison en larges ombelles rose clair dégage une merveilleuse odeur fruitée, pour ensuite laisser la place à des baies noires comestibles. Cet arbuste ne prend pas beaucoup d’ampleur, il est idéal dans un jardin citadin. Il préfère les sols frais, bien drainés et meubles.

L’ophiopogon est très tendance ces derniers temps, grâce à son feuillage noir ou vert en longues lanières qui le fait ressembler à une graminée. Son seul défaut est de prendre un certain temps à s’installer, mais ensuite il devient un couvre-sol efficace qui reste identique tout au long de l’année. Sa floraison en juin-juillet est délicate en blanc crème, et donne naissance à des baies bleu foncé brillantes, très décoratives. La plante préfère les terrains frais à exposition mi-ombragée.

L’heuchère et toutes ses variétés aux différents feuillages, va du pourpre si foncé qu’il parait noir au jaune en passant par le vert, le cuivré, le bronze ou le caramel. Cette vivace persistante couvre-sol monte à 40 cm de haut et produit en été de très fins épis floraux roses, rouges ou blanc rosé. Elle préfère les sols frais et humifères, bien meubles et supporte les emplacements mi-ombragés.

Le carex, de l’espèce testacea, est une graminée qui s’adapte à tous les sols et présente un coloris vert vif se transformant rapidement en bronze orangé. On l’appelle d’ailleurs la laîche orange. Cette couleur sera plus intense avec quelques heures de soleil par jour. Ses épis apparaissent en juillet et la touffe atteint entre 40 et 50 cm de haut en restant compacte.

DANS UNE PENTE

La création d’un escalier permet de mieux définir l’espace dans un jardin en pente. Avec de larges marches, il donne l’occasion de proposer une seconde animation. Ici, le style contemporain est largement privilégié avec de belles dalles qui viennent former des pas japonais entre les niveaux.

Cette scène très simple est néanmoins composée comme un mini jardin qui crée la surprise et sur lequel le regard s’arrête. Entre les dalles, des touffes d’ophiopogons noirs sont disposées à intervalles réguliers, et la surface de sol restante est recouverte avec de la pouzzolane broyée noire. En levant les yeux sur la suite de l’allée, on remarque des boules de buis vert vif entourées de galets ornant les côtés. Ce contraste entre le vert et le noir est celui qui fonctionne le mieux dans un jardin. Les boules de buis peuvent, si besoin et selon le climat, se remplacer par du pittosporum nain.

Commentaires

Laissez votre commentaire