ASSOCIATION DE BIENFAITEURS !

Associer les plantes, tous les jardiniers le font régulièrement. Mais il y a des mariages qui marchent mieux que d’autres. Voici quatre exemples à privilégier.

Floraisons à tous les étages

Les rosiers aiment une terre riche, assez fraîche et bien drainée, même si beaucoup se contentent de sols ordinaires et parfois calcaires. En compagnie d’hortensias et hydrangéas dans un sol à tendance acide, ils poussent sans souci. Mais il faut encore veiller à ce que chaque plante soit exposée selon ses besoins ! Les hortensias préfèrent l’ombrage et les rosiers ne peuvent se passer de soleil pour fleurir en abondance. L’astuce mise en œuvre ici a été de planter de grands rosiers tiges qui reçoivent les rayons du soleil alors que les hortensias restent dans l’ombre portée du mur de clôture. Un prunus au feuillage pourpre (Prunus cerasifera ‘Atropurpurea’) accompagne aussi à merveille la floraison rose vif de ces rosiers. Une fois celle-ci terminée, les hortensias s’épanouiront à leur tour.

LE SAVIEZ-VOUS ? Pensez à étaler une couche de paillis organique sous les hortensias et les rosiers afin d’enrichir le sol et de limiter le désherbage la première année après la plantation. Ensuite, apportez une couche de compost en automne chaque année.

Auxiliaires bienvenus

Un jardin de rose est le rêve de beaucoup de jardiniers et de jardinières, même avec la perspective des cohortes de pucerons qui viennent jouer les trouble-fêtes. La solution ?

Accompagner les rosiers : d’une part avec des plantes qui font fuir ces pucerons, comme l’ail d’ornement (Allium aflatunense ‘Purple Sensation’) et d’autre part avec des plantes qui hébergent les coccinelles et divers insectes auxiliaires dévoreurs de parasites. Le népéta est par exemple le gîte préféré des coccinelles, et sa floraison dure tout l’été. Quelques sauges attireront aussi les abeilles et insectes pollinisateurs parmi lesquels les syrphes dont les larves se régaleront avec les pucerons !

LE SAVIEZ-VOUS ? Habillez le pied de vos rosiers grimpants et arbustifs avec des vivaces aromatiques qui, en plus de les protéger pendant toute la saison, fourniront un volume végétal idéal pour masquer les tiges nues des rosiers. Pensez aussi à enlever régulièrement les roses fanées.

Au frais 

La nature du sol et son taux d’humidité entrent en jeu quand on veut créer un massif en pleine terre. Les endroits frais du jardin sont donc tout à fait prédisposés à accueillir des végétaux qui ont besoin d’une bonne humidité pour pousser. Ces plantes adaptées à la fraîcheur sont la solution pour animer ces lieux souvent délaissés. Bénéficiant de ces conditions, ce petit mas- sif en bordure d’allée a été mis à profit pour implanter deux beaux hostas à feuillage marginé de blanc (H. ‘Francee’) et de vert clair (H. ‘Golden Tiara’). Ils encadrent un érable du Japon pourpre et le sol est tapissé de fougères persistantes (Polystichum polyblepharum), très prolifiques dans cette ambiance.

LE SAVIEZ-VOUS ? Veillez à bien respecter les distances de plantation entre les hostas et l’érable japonais. Celui-ci s’étale en largeur, et comme les hostas finissent aussi par pren- dre beaucoup d’ampleur au fil des ans, un minimum de 80 cm à 1,20 m entre les pieds s’avère indispensable.

Jardinière estivale

Composer une jardinière demande que l’on marie ensemble des plantes ayant des besoins similaires afin que larrosage soit adapté. En fonction de l’exposition, on aura ainsi plusieurs choix de mariages possibles. Dans cet exemple d’association réalisé dans un grand bac en bois, toutes les espèces acceptent le plein soleil quand elles profitent d’un arrosage régulier. Les coréopsis, sauges et cosmos sont peu exigeants, les marguerites poussent à foison et les heuchères persistent toute l’année. L’ensemble fleurit de juin à septembre en attirant les papillons. Les coins sont occupés par les plantes qui s’arquent naturellement comme les marguerites et coréopsis, de façon à animer les bords de la jardinière. Sur l’arrière, un miscanthus crée un fond d’allure plus sauvage et allège la composition.

De grands contenants peuvent accueillir un nombre de plantes assez important mais chacune doit pouvoir se développer en ayant assez de place. Au lieu de semer, privilegiez des jeunes plants pour mieux disposer les espèces les unes par rapport aux autres. Si à la fin de l’été votre jardinière ressemble quand même un peu à une jungle, replantez ailleurs, au jardin ou dans un autre contenant 1 ou 2 vivaces.

Retrouvez toutes les plantes, terreau, bac en bois, dans vos  jardineries Dupoirier  à Bordeaux et Libourne

Commentaires

Laissez votre commentaire